Acerca de

Stylo à plume

Un peu d'histoire

QU'EST-CE QUE LE COACHING ONTOLOGIQUE ?

On emploie le mot coaching de plus en plus dans tous les domaines pour nommer tout ce qui a trait au conseil ou à l’accompagnement. De l’anglais coach, lui-même dérivé du français coche, d’abord au sens de « carrosse, voiture », puis « répétiteur, entraîneur ».

Dans sa Teoria General del Coaching, Leonardo Ravier, date la première utilisation du terme coaching en management dans un livre intitulé Management and the worker (Roethlisberger and Dickson), en 1939.

 

(...) "Cette pratique s’est étendue ensuite aux entreprises et aux organisations en s’enrichissant de visions nouvelles issues de différentes disciplines. Ce qui a donné naissance à un nouveau paradigme appelé coaching ontologique.

 

« Le coaching ontologique en tant que phénomène est la capacité d’éveiller la sensibilité de l’autre sur les conversations qui le convertissent en ce qu’il est et l’effet que ces conversations ont sur sa vie. De cette manière le coach et le client co-créent des mondes de possibilités qui n’existaient pas avant. » Dr Fernando Flores

 

Quelle est l’origine du Coaching ontologique ?

 

L’histoire du coaching ontologique a commencé il y a des milliers d’années dans la Grèce antique. Socrate fut l’un de ses précurseurs. Le philosophe utilisait avec ses disciples une méthode qui se servait de la conversation pour parvenir à la connaissance.

Socrate conversait avec ses disciples et formulait des questions qui poussaient ses disciples à faire émerger les connaissances qu’ils possédaient à l’intérieur d’eux-mêmes. Cette méthode s’appelle la Maïeutique qui signifie en grec « art d’accoucher » pour symboliser de cette manière qu'il permettait de donner naissance à de nouvelles idées ou concepts qui étaient jusqu’à présents inconnus. Cela nous parle de questions profondes qui invitent à une réflexion et à une recherche intérieure. C’est à cela que nous faisons référence en parlant de questions puissantes.

 

Cette même méthode, celle de poser des questions puissantes est celle que nous utilisons dans le modèle de coaching ontologique pour découvrir les réponses qui sont en chacun de nous.

 

Autres apports et fondements

 

Des points de vue scientifique comme la physique quantique (David Bohm et Fritjof Capra), la biologie de la connaissance (Francisco Varela et Humberto Maturana), la pensée systémique (Heinz von Foerter), certains courants philosophiques (à partir d’Heidegger), la linguistique (à partir d’Austin) certains courants psychologiques (Constructiviste, Gestalt, Logothérapie), le management moderne (Peter Senge, Stephen Covey, Fred Kofman) ont contribué à la naissance d’une nouvelle interprétation de l’être humain qui converge au sein du Coaching Ontologique.

 

L’Ecole de Santiago

 

Un groupe de biologistes et chercheurs de la faculté de médecine de l’université de Chile dont Francisco Varela, Humberto Maturana, Susana Bloch, Rolando Toro et Claudio Naranjo entre autres ont formé un des mouvements les plus vitaux et novateurs de la pensée chilienne durant les années soixante et début soixante-dix. Gregory Bateson l’épistémologiste et fondateur de l’Ecole de Palo Alto enthousiasmé par la puissance et la qualité de la réflexion et des travaux de ce groupe propose de l’appeler l’Ecole de Santiago comme un centre jumeau de l’Ecole de Californie. A partir de la biologie ils assumèrent l’héritage de Bateson et prirent en chargent les questionnements que la science avait jusque-là laissé de côté : Quelle est l’organisation d’un être vivant ? Quelle est l’organisation de notre système nerveux ? Quelle est l’organisation du social ?

 

Le coup d’État de 1973 au Chili a créé une rupture radicale dans le développement de ce courant de chercheurs en provocant l’exil de bon nombre d’entre eux et leur dispersion dans des universités et centres de recherches en Europe et aux Etatrs-Unis. Certains ont continué à collaborer dans des publications et projets de recherche. C’est le cas de Fernando Flores, politicien et ingénieur qui s’est installé à Palo Alto en Californie et où Julio Olalla l’a rejoint peu de temps après.

Durant son exil, Flores a passé un doctorat en Langage à l’Université de Berkeley. L’ontologie d’Heidegger, la philosophie du langage de Searle-Austin et l’herméneutique de Gadamer ont beaucoup influencé sa pensée. Dans son livre Conversaciones para la acción, il explique qu’une grande partie de la coordination humaine se passe à travers les demandes, les offres, les promesses et le respect des engagements entre les individus. Il offre un cadre pour développer des compétences qui nous permettent de construire la confiance, coordonner nos engagements de manière efficace, de nous écouter et de construire des réseaux d’engagement ayant pour objectif de créer de la valeur pour nous, pour nos familles, pour nos organisations, pour nos communautés et pour le monde entier.

 

Le terme Coaching et la Ontologia del lenguaje

(...)

A la fin des années 80, le sociologue et docteur en philosophie Rafael Echeverria commence à travailler avec Fernando Flores. En 1989, Flores annonce sa décision de se dédier exclusivement à son activité de conseil et de prendre de la distance par rapport au travail théorique et philosophique. En 1990, Echeverria renonce au travail qu’il faisait avec Flores et cherche à créer les conditions pour reprendre ce qu’il considérait comme inachevé. C’est là que commence son travail de synthèse et d’articulation. Le résultat de ce travail est la Ontologia del Lenguaje, publié en 1994.

 

C’est à ce moment-là que Julio Olalla et Rafael Echeverria commencent à proposer leurs premières formations de coaching ontologique aux Etats Unis : « The Mastering of the art of Coaching » en 1991.

 

Postulats et principes du coaching Ontologique :

 

Le coaching ontologique établit un positionnement philosophique qui nous ouvre une compréhension du phénomène humain qui s’exprime dans les postulats et principes suivants :

 

Postulats :

 

  1. On interprète les êtres humains comme des êtres linguistiques

  2. Le langage est génératif

  3. Les êtres humains se créent eux-mêmes dans le langage et à travers lui

 

Principes :

 

  1. Principe de l’Observateur : nous ne savons pas comment sont les choses, nous savons seulement comment on les observe et comment on les interprète

  2. Principe de l’action : nous n’agissons pas seulement en fonction de comment nous sommes, mais nous sommes fonction de la manière dont nous agissons. L’action génère l’être.

  3. Principe de système : l’action de toute entité résulte de sa propre structure ET de la structure du système dans lequel elle s’inscrit. Cela définit l’étendue des actions possibles.

 

Dans cette interprétation, l’être humain n’est pas quelque chose de figé, d’immuable mais il peut au contraire acquérir certaines manières de vivre qui apparaissent comme la conséquence d’une manière particulière de s’interpréter lui-même, d’interpréter les autres et le monde.

 

Les différentes « manière d’être » ainsi que la « réalité » dans laquelle nous vivons sont créées dans le langage à partir des relations que nous sommes capables de créer et des conversations que nous avons dans ces relations.

 

Une invitation à la découverte

 

Le coaching ontologique est une invitation à la découverte, à nous rendre compte que nous sommes aveugles dans certains domaines dans lesquels « nous ne savons pas que nous ne savons pas . Cela nous permet de considérer le futur comme quelque chose que l’on peut dessiner. Cela nous aide à distinguer que nos pensées sont seulement notre manière particulière de voir le monde et non une vérité absolue. Également cela nous permet de considérer nos frontières morales comme des décisions personnelles.

 

En tenant compte de cela, un coach ontologique assiste une personne lors d’une conversation dans laquelle il va écouter et faire des questions destinées à transformer le regard de cette personne pour qu’elle puisse se convertir en un observateur différent de la vie et de cette façon réussir ce qui n’était pas possible avant.

 

Le rôle de facilitateur de processus d’apprentissage

 

Le coach ontologique questionne et défie, (toujours avec respect et avec la permission du client), les façons que les personnes ont d’interpréter les faits et les situations, pour leur permettre de changer la manière ou les stratégies qui pouvaient donner de bons résultats dans le passé mais ne sont plus efficaces aujourd’hui.

 

Pour atteindre l’efficacité désirée il est nécessaire de questionner les anciennes formes de pensée qui sont souvent enracinées comme croyances qui limitent les possibilités d’action dans le présent.

 

La proposition est de désapprendre ce qui a été appris ; amplifier la capacité de « voir » et penser ; générer de nouvelles possibilités d’action et obtenir des résultats qui n’auraient jamais été envisageables avant l’intervention d’un coaching.

 

La disposition à l’apprentissage permanent et la créativité sont des outils fondamentaux du coaching ontologique. Être curieux et créatif pour pouvoir dessiner notre propre vie. Le coaching ontologique nous invite à tomber amoureux de l’apprentissage continue pour créer et nous amuser nous-mêmes.

 

Des résultats extra ordinaires

 

Le coaching est une pratique orientée à la réussite d’objectifs et de résultats extra ordinaires avec efficacité. Cela dit, le focus du Coaching Ontologique est la personne et non le résultat ou l’objectif. Ce qui est visible est ce qui est perçu et en même temps cela cache l’importance de ce qui est invisible (la cause ou le contexte). C’est pour cela que lorsque les personnes sont obsédées par le résultat, elles perdent de vue le processus de transformation, et sautent les conditions nécessaires pour atteindre ces résultats.

Pour atteindre un résultat il est d’abord nécessaire de générer des changements dans l’être et dans le faire pour produire ce résultat. Pour générer ces changements il est nécessaire de transformer d’abord le type de personne (équipe, organisation) pour la rendre capable de se comporter de la manière qu’elle espère.

 

Lorsqu’elle se concentre sur l’être, la personne devient plus flexible pour modifier sa manière de faire. De même lorsqu’elle se concentre sur sa mission, sa vision, ses valeurs fondamentales, une organisation devient beaucoup plus flexible pour modifier ses actions et ses stratégies. Comme conséquence de ces changements on pourra voir de nouveaux résultats.

 

Dans un monde en perpétuel changement, la proposition du coaching ontologique devient vitale pour survire."

 

(…)

 

Extrait traduit par Florence de Lambert de l’article de Fernando Girasol – Presscoaching.com 4 janvier 2019